La Une

De la Guinée à la Mauritanie, nos frontières sont de véritables poudrières

Mise en page 1

Kouremalé et Gogui sont les deux villes frontalières du Mali avec la Guinée Conakry et la Mauritanie. Dans ces deux localités, les tensions sont constamment vives avec les populations de l’au- tre côté de la frontière. Selon la presse guinéenne, un drame a été évité de jus- tesse à Kourmalé entre jeunes maliens et guinéens, le lundi 06 avril 2020.

Les deux communautés ont failli en venir aux poings, à la suite d’un incident banal.
A l’origine de l’incident, on évoque une histoire de ges- tion de terrain de footaball, qui se trouve sur cette partie de la frontière, appelée zone tampon.

La presse guinéenne rap- porte que dans la nuit du di-

manche au lundi, des jeunes venus de Kourmalé Mali au- raient arraché les poteaux de but du terrain de foot. Cela a irrité des jeunes côté Kouré- malé Guinée, qui ont décidé de répliquer.

Selon guinéematin.com, c’est ainsi que dans la mati- née du lundi, plusieurs jeunes guinéens se sont mo- bilisés pour aller se rendre justice.

Leur tentative a été étouffée par l’opposition des autorités administratives et sécuri- taires des deux côtés de la frontière.

Pour désamorcer la crise, une réunion d’urgence a concerné les responsables à la frontière des deux pays. Des messages de sensibili- sation ont été faits à l’endroit

des jeunes Guinéematin.com précise qu’un transitaire malien s’est engagé à remettre les po- teaux arrachés, à l’origine de la crise.
Outre Kouramalé, la localité de Gogui à la frontière de la Mauritanie, connait quasi- ment le même souci. Une cohabitation quasi impossi- ble entre voisins de longue date y persiste.
Rappelons que le mercredi 29 janvier 2020, des jeunes maliens ont coupé la voie menant à la Mauritanie. Ils ont placé des grosses pierres sur la route pour blo- quer tout passage et rendre la circulation carrément infré- quentable.
Raison du mécontentement des maliens, l’occupation de

la zone tampon entre les deux frontières par des com- merçants venus de la Mauri- tanie. Ils veulent y installer un marché.

Pas plus tard que la semaine passée, précisément le jeudi 02 avril 2020, dans la même localité de Gogui, des di- zaines de jeunes maliens se sont frottés à des dizaines de mauritaniens à coups de pierres. C’est toujours le même problème d’occupa- tion de la zone tampon à la frontière.

Juste après le premier af- frontement du 29 janvier, l’ONG ARGO (Association des Ressortissants de Gogui) a tenté d’organiser des missions de bons of- fices. L’objectif était de met- tre un mécanise local de

règlement du différend et désamorcer la crise entre Maliens et Mauritaniens. Dans cette dynamique, une délégation de l’ARGO, conduite par Mahamadou DIAKITE et l’Imam Maham- dou DIABY, a rencontré les responsables de la direction nationale des frontières, les responsables du ministère de l’administration territoriale et celui de la réconciliation nationale.
ARGO n’a malheureusement pas été écoutée. Les mis- sions ne se sont jamais te- nues. La violence a continué de plus belle.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page