Édito - Il faut le dire

Rapt de femme au Mali.

Après plus d’un mois de la chute du pouvoir IBK, « démissionnaire » on peut dire que   l’histoire entre le M5-RFP et le CNSP est semblable à une banale histoire rapt de femme qui se pratiquait dans   plusieurs de nos sociétés.

En effet, pendant tout le temps que le M5-RFP charmait « Dame Pouvoir » quelquefois au prix de sa vie, un groupe dont on ignorait dont encore l’existence tapi dans l’ombre observait. Constatant que la situation était bloquée : d’une part, le titulaire de « Dame pouvoir » ne pouvait plus accomplir son devoir conjugal et que le prétendant en l’occurrence le M5-RFP ne pouvait non plus opérer un rapt, c’est-à-dire enlever « Dame pouvoir »  le groupe inconnu qui se fera appelé CNSP (Conseil National de Salut du Peuple) intervint subrepticement auprès du M5-RFP en lui faisant croire qu’il est de cœur avec lui dans cette opération d’enlèvement de la « Dame pouvoir. » C’est donc tout naturellement que le 18 août 2020 lorsque CNSP annonçait que « Dame pouvoir » était libre, le M5-RFP a pensé qu’elle lui revenait de droit sinon qu’il vivrait tout au moins en bigamie avec ce CNSP, spontanément apparu. Il a été conforté dans sa sa conviction par les premières déclarations du CNSP qui, au cours d’un grand meeting lui a   rendu un vibrant hommage. Ces premières déclarations, ont été un coup de génie en matière de communication de la part du CNSP. En effet, elles lui ont non seulement permis de rassurer leur allié du moment mais lui ont permis de créer un courant de sympathie entre lui et le peuple et le faisant passer du coup, comme l’unique tombeur  de l’ancien régime.

Au-delà de cet aphorisme, il faut comprendre que tout mouvement insurrectionnel mené par une équipe qui n’a que pour unique objectif, le départ d’un pouvoir ne peut qu’annihiler le grand l’espoir créé suite à un changement. Mais attention, cela ne voudrait pas dire que les nouvelles ont carte blanche dans la nouvelle situation créée. Ce qui est clair, ce que le peuple a désormais conscience qu’il peut réagir et que sa réaction peut amener des changements. La nouvelle équipe doit savoir qu’elle ne peut agir inopinément avec « Dame pouvoir ». Le peuple l’a à l’œil. Déjà, on parle dans la nouvelle équipe où figureraient des ministres pas très » clean » dont un, particulièrement a été obligé de démissionner de son poste de DGA d’une grosse boîte de la place suite aux révélations de la presse, en 2016 (lire en page…). Les enquêteurs seraient-ils devenus amnésiques ou ce sont des « recommandés, auquel cas où, ils seraient des « intouchables ?  Le traitement fait au « Capitaine-Général », les hommages faits au Général  Moussa Traoré font  qu’on les soupçonne de restaurateurs. Cependant, le peuple a de l’espoir sur ce nouveau départ. Et, à notre avis, il n’y a pas meilleure façon d’aider la nouvelle équipe qu’en dénonçant les impaires qu’elle pourrait commettre et en leur soumettant des propositions de solutions

….sans rancune

Wamseru A. Asama

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page