Édito - Il faut le dire

Pour la France, est-ce que l’opinion des maliens compte ?

Du 27 mars au 02 avril 2017, a eu lieu une conférence d’entente nationale, au Palais de la Culture Amadou Hampaté à Bamako. Une des recommandations phares de cette conférence était : négocier avec les Jihadistes maliens. En décembre 2019, s’est tenu au CICB, le Dialogue National Inclusif (DNI) qui a aussi recommandé le dialogue avec les jihadistes maliens. Les dernières concertations nationales ont réitéré les mêmes recommandations. Toutes les trois fois, le ministre français Jean Yves Le Drian a rejeté avec mépris les recommandations des assises nationales, tout en sommant nos autorités de les ignorer. Les dirigeants français connaissent-ils l’intérêt du peuple malien plus que lui-même ? Est-ce parce qu’ils nous apportent « quelques appuis » ? Tout le monde, sait la vraie nature d’une aide dans les relations internationales.

Monsieur Le Drian veut nous obliger à aller à son rythme et suivant son agenda, et en nous menaçant : « Il y a des accords de paix. Il faut mettre en œuvre les accords de paix… Ils ont été validés par un certain nombre de signataires, dont des groupes armés signataires. Et puis, il y a les groupes terroristes qui n’ont pas signé les accords de paix. Les choses sont simples ». Si les choses étaient si simples on n’en serait pas là et l’insécurité aurait disparu, au contraire, elle s’est aggravée. M. le Drian les centaines de maliens qui meurent au centre ne représentent rien pour vous ? Heureusement le premier ministre a bien répliqué, comme tout bon malien :

« Je crois également utile sur cette question de me faire l’écho des conclusions du Dialogue national inclusif qui a eu lieu chez nous et qui a très clairement indiqué la nécessité d’une offre de dialogue avec ces groupes armés. Je pense qu’il faut voir en cela une opportunité d’engager de vastes discussions. » Et même le Secrétaire Général des Nations Unies Antonio Guterres a estimé :

 « Il y a des groupes avec lesquels on pourra discuter et qui auront intérêt à s’engager dans ce dialogue pour devenir des acteurs politiques du futur » ! Au moins lui, a de l’empathie pour le peuple malien martyr »

Pourquoi M. Le Drian n’a-t-il pas enjoint à la plus grande puissance du monde, les Etats- Unis, d’arrêter de négocier avec les talibans d’Afghanistan ? La France elle-même, ne s’y était-elle pas militairement désengagée après treize ans ? Et puis, disons-nous la vérité, Monsieur Le Drian combien de français ont été captifs des terroristes pendant ces deux dizaines d’années et combien ont été libérés et dans quelles conditions ?

Si vous affirmez que la France est un ami du Mali, laissez les maliens résoudre leurs problèmes sans intervention intempestive. Votre manière de nous traiter, malgré vos douces paroles, nous donne l’impression que pour vous, l’opinion malienne n’a aucune importance.

…sans rancune

Wamseru A. Asama

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page