Société

VIOLENCES BASEES SUR LE GENRE: De juillet à Septembre 2020, 2 033 cas de violences basées sur le genre, enregistrés au Mali

Le Jeudi 26 Novembre 2020, les activités de la quinzaine de lutte contre les violences basées sur les genres ont été lancées au centre Jeunes de Sogoniko. Deux thèmes ont été retenus pour cette campagne. Le premier qui est international est : « Orangez le monde : financier, répondre, prévenir et collecter !». Le second, national, porte sur « Investissons dans la lutte contre les Violences basées sur le genre (VBG) pour une participation inclusive au développement ».

Mme Béatrice Ougnon de l’ONU femmes, représentant tous les Partenaires techniques et financiers (PTF), dira que l’espoir est permis avec l’engagement de 150 pays à faire de la prévention et de la réparation des violences à l’égard des femmes et des filles. Elle a aussi profité pour réitérer l’accompagnement des PTF à l’endroit de notre pays dans la lutte contre les VBG.

Pour le ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille Bouaré Bintou Founè Samaké, de juillet à Septembre 2020, les cas de violences basées sur le genre s’élèvent à 2 033. Ce nombre compte 23% de viols, 20% d’agressions physiques, 20% de violences psychologiques, 15% d’agressions sexuelles, 12% de dénis de ressources et 10% de mariages précoces.

En dépit de la persistance du phénomène,  le ministre dira que  le Mali à travers le département de tutelle, a adopté une Politique  nationale genre. Cette politique a permis la création du Programme national pour l’abandon des Violences Basées sur le Genre (PNVBG) ; et la mise en place des moyens de prise en charge des VBG, le lancement du Programme Initiative Spotlight »

A noter que le lancement de cette  campagne a été marquée par la  réception d’une quantité importante de denrées de première nécessité, offerte aux  déplacés et aux  réfugiés de Bamako par l’UNHCR.

Il est important de rappeler que le Mali s’est engagé à lutter contre les Violences basées sur le genre (VBG). C’est ainsi que chaque année, notre pays, à l’instar de la Communauté internationale, organise les « 16 jours d’activisme » contre les VBG.

Oumar ONGOIBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page