Société

MEDIA ET COVID-19: Appel Mali renforce les journalistes face à la Covid-19

Du 04 au 05 Février 2021, l’Association de la presse en ligne (Appel Mali) a organisé une formation des journalistes maliens sur la problématique de la Covid 19. Ladite formation s’est tenue au siège de l’Appel Mali, à Hamdallaye ACI 2000. Le thème retenu était : « Medias face face à la Covid 19. Que doit – on savoir ; Que doit – on savoir ».

le Dr Abdelaye KEITA, pharmacien biologiste à l’Institut de Santé publique,  David Démbélé journaliste d’investigation et Salif Dirrah, journaliste web, ont animé les deux jours de formation.

Selon David Dembelé, la question de la sécurité du journaliste est au cœur de la problématique du Covid-19. Cette sécurité se situe selon lui à deux niveaux, la Sécurité physique et la sécurité digitale.

Parlant de la Sécurité physique du journaliste, il dira que la pandémie du Coronavirus a plongé les Hommes de medias dans une nouvelle situation qui n’est pas sans incidence sur la façon de travailler. D’aucuns ont  fermé leur rédaction, d’autres ont été contraints  de changer leur manière de travailler en l’exerçant à distance, poursuit M. Dembélé.

Il souligne que pour sa sécurité physique, le Journaliste doit  chercher à éviter le virus, en respectant les mesures édictées, sinon conseillées par les virologues et autres spécialistes en santé.

Aussi a-t-il parlé des équipements de sécurités appropriées et des combinaisons médicales que le journaliste doit avoir, pour être  psychologiquement préparé à exercer son métier.

Quant à la  Sécurité digitale, M. Dembélé évoque que  « le soldat de l’information » se doit d’utiliser des canaux sécurisés pour mettre en confiance ses sources. D’après lui, Il ne s’agit pas seulement  de combattre un virus, mais il faut également combattre « l’info-demie. » c’est-à-dire  l’intox, la contrevérité, les abus…

M. Dembélé conclut en interpellant les journalistes d’utiliser des canaux sécurisés d’échanges pour sécuriser leurs données et de garder le secret des échanges.

Salif Diarra parlera du «  journalisme de Solution.» C’est un journalisme qui analyse une situation problématique, tout en exposant des éléments de réponses concrets et concluants, précise-t-il. En tant que méthode,  le journalisme de solution implique en effet une forme de neutralité, a-t-il poursuivi.

Aujourd’hui son importance est capitale puisqu’il privilégie un nouvel angle de traitement de données en opposition à la tendance du journalisme qui privilégie la « sensation », affirme M. Diarra.

Il ajoute que ce dernier  conduit à donner une image partielle de certaines situations et à les dramatiser. Par contre, le « journalisme de solution est un moyen de recréer de la confiance entre citoyens et médias, et plus particulièrement de lutter contre les « fake news », déclare-t-il.

Pour finir, Salif Diarra rappelle que cinq (5) critères déterminent un  journalisme de solutions à savoir. L’explication du problème et de ses causes, appelé contexte ; la Présentation d’une réponse au problème, appelé initiative ; la  narration du processus de résolution du problème, du « comment on a fait » appelé processus de résolution ; la Présentation des résultats générés par la réponse à date, appelé impact et enfin la Présentation et l’explication des limites de la réponse, appelé regard critique.

Rappelons que le premier jour de l’atelier a été animé par le Dr Abdelaye KEITA. Il a porté exclusivement sur le Covid 19. Il a axé son intervention sur trois axes, à savoir : connaitre et se protéger de la Covid 19 ; l’état des lieux de la Covid 19 au Mali ; le vaccin et de la vaccination au Mali ; enfin, le cadre institutionnel en règle au Mali pour la prévention et la prise en charge de la maladie à Coronavirus.

           Oumar ONGOIBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page