Édito - Il faut le direLa UnePolitique

Il faut le dire… Transition : pourquoi Choguel, pourrait mieux réussir que Ouane ?

Est-ce que le nouveau tandem Assimi / Choguel fera- t-il mieux que le précédent Bah N’Daw / Moctar Ouane ? Et singulièrement le premier ministre, le Dr Choguel Kokalla Maïga réussira-t-il mieux que Moctar Ouane ? Pour notre part nous disons oui, et voici pourquoi.

Nommé premier ministre, le 07juin, il n’a fallu que 05 jours au Docteur Choguel Kokalla MAÏGA pour former son gouvernement. A titre de comparaison, nommé le 27 septembre 2020, Moctar OUANE a publié la liste des membres de son gouvernement le 05 octobre, soit 09 jours après sa nomination. Je ne suis pas sûr que Monsieur OUANE ait eu le temps de faire de larges consultations avant la formation de son gouvernement. Et sa nomination plutôt opaque, ne lui a sans doute pas permis d’impacter sur le choix des membres de son gouvernement. Par contre, Choguel a eu l’avantage d’être d’abord été choisi par un mouvement le M5-RFP, auteur principal de la chute du régime IBK, ce qui lui confère une légitimité ne serait-ce que par rapport à ce mouvement. Il est donc d’abord, redevable au M5-RFP dont il est le porte-parole et, par conséquent le président de la transition ne pourrait le démettre sans s’aliéner le soutien de ce mouvement, ce qui provoquerait une nouvelle crise qui ne sera pas à l’avantage des colonels.  Ensuite, contrairement à son prédécesseur, il a eu plus de temps pour des consultations tout azimut avant même sa nomination officielle. Par ailleurs, Choguel étant un acteur politique d’une grande expérience, il est plus imprégné que Monsieur Ouane, des réalités maliennes. Et, sans risque de se tromper, on peut affirmer qu’il a, plus que son prédécesseur, une connaissance plus fine des avatars de la démocratie malienne ainsi que des hommes et des femmes qui animent la vie politique de ce pays depuis plus de trente ans.  Ajoutons à cela que Choguel est ressortissant du septentrion et qu’il connaît parfaitement les problèmes du nord et les acteurs de l’ancienne rébellion, Ce qui, en tandem avec le ministre des affaires étrangères, Abdoulaye Diop, un « revenant » et principal artisan des « Accords pour la paix et la réconciliation au Mali issus du processus d’Alger » pourrait favoriser des compromis sur les sujets qui fâchent contenus dans les accords. Un autre avantage de Choguel est qu’il n’aura à faire qu’à un chef incontesté Assimi Goïta, contrairement à Moctar Ouane qui devait non seulement travailler avec le président Bah N’Daw mais ne pouvait ignorer son Vice-président. Enfin, sans jeter la pierre à Monsieur Ouane, vu son tempérament, Choguel est tout, sauf « un premier ministre froid » !

Le plus grand handicap de Choguel est le temps. En effet, s’il doit impérativement respecter le délai fixé à la CEDEAO, il lui serait difficile, voire impossible de résoudre toutes les priorités qu’il a annoncées au cours de son premier conseil de cabinet du dimanche 13 juin 2021. Alors il devrait revoir ses ambitions à la baisse.

Malgré les écueils qu’il a devant lui, nous pensons qu’avec les propos qu’il a tenus au cours du conseil de cabinet et les visites qu’il a rendues à ses prédécesseurs, les premiers actes posés par le Dr Choguel Kokalla Maïga sont des indices qui inspirent de l’espoir.

…sans rancune

Wamseru A. Asama

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page