Édito - Il faut le dire

L’Homme de l’année 2020

Il y a une tradition dans la presse à la fin de chaque année : désigner « L’Homme de l’année ». C’est en fait une expression utilisée par la presse pour désigner à ses yeux, l’homme, la femme, l’organisation, ou le phénomène, dont l’action a eu le plus d’impact dans la marche du monde durant l’année qui s’achève. Si l’on tient compte de ce critère, indubitablement, la COVID 19, cette maladie à coronavirus provoquée par le virus SARS-CoV-2 est à notre avis « l’Homme de l’année ». En effet, cette pandémie, dont la première alerte fut lancée de Chine, à Wuhan capitale  provinciale de Hubei, en décembre 2019 avant de s’étendre au reste du monde au début de l’année 2020, a tenu la vedette durant toute l’année qui s’achève.

Il n’y a pas un domaine de l’activité humaine qui n’ait été peu ou prou influencée. On sait qu’au Mali la première alerte a été lancée le 11 mars 2020 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Elle a été identifiée à partir du 25 mars 2020. Un communiqué de presse officiel a annoncé qu’il s’agissait de deux Maliens rentrés de France les 12 et 16 mars respectivement. Comme au Mali, la plupart des pays africains ont été contaminés à partir des pays industrialisés et notamment l’Europe.

L’Europe qui ne veut pas voir nos enfants sur son sol, nous exporte une maladie qui reste jusqu’ici très contagieuse et difficilement guérissable. Imaginez que ce fût le contraire.

Alors nul n’aurait besoin de prophétie pour avoir une idée du traitement qu’on aurait réservé à tout africain voulant se rendre en Europe. On l’aurait assimilé à l’âne des « animaux malades de la peste » du fabuliste français du 17è siècle, Jean de la Fontaine !

Mais Allah, Dieu, Ama, Yerkoy, Nzambi, ou Nziami, etc. des africains est grand. Il lui arrive quelques fois de protéger les « faibles » et faire savoir aux « grands de ce monde » que le véritable grand, c’est lui. La COVID-19 devrait amener les soi-disant maîtres du monde à plus de modestie.

Comme toujours, la différence entre « ces grands » et nous les africains, c’est, qu’eux, malgré leur panique essaient de transformer une situation qui semble désespérée en opportunité. C’est ainsi que si nous ne prenons gare, ils risquent de nous imposer leurs vaccins dont la rapidité de leurs « inventions » est inédite et supecte. C’est donc une opportunité pour les africains de se donner la main et inventer eux aussi leur vaccin.

Les trouvailles faites par des chercheurs au Mali et au Nigéria et ailleurs en Afrique, c’est-à-dire l’identification de virus différents de celui de Wuhan montrent que ce ne sont pas des ressources humaines qui font défaut en Afrique, mais la solidarité et le sens de l’organisation.

M5-RFP et son chef moral charismatique l’Imam Mahamoud Dicko, rapt et libération du chef de l’opposition, chute du président IBK et son régime, disparition prématurée du chef de file de l’opposition sont certes des éléments et évènements marquants dans notre pays, mais à notre sens, la COVID-19 a eu un impact sérieux non seulement au Mali, mais aussi à travers le monde entier. C’est pourquoi, Delta News l’a désignée comme « l’Homme de l’année ». Cette désignation est une première pour Delta News. Elle sera désormais une tradition si Dieu le veut.

…sans rancune

Wamseru A. Asama

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page