Arts & Culture

MA VIE DANS LA RUE << UN FILM RÉALISÉ PAR AÏSSATA BA >>

La bourse de cinéma YALI pour le leadership responsable des femmes au Mali a fait, samedi 17 juillet 2021 à la galerie Médina de Bamako, la projection du court-métrage “ Ma vie dans la rue ” réalisé par Aïssata Ba. Financée par le département d’Etat Américain à travers l’ambassade des États-Unis au Mali.

Selon les conférenciers, accountability lab Mali met la gouvernance au service des populations du sahel en soutenant les citoyens actifs, les dirigeants responsables et les institutions redevable. L’ accountability ré-imagine la manière de renforcer la redevabilité pour soutenir un monde dans lequel les ressources sont utilisées de manière judicieuse, les décisions profitent à tous de manière équitable et les gens mènent une vie sûre. Ils ajoutent, le manque de leadership redevable est au cœur des défis auxquels les jeunes sont confrontés au Mali et au Niger. Lorsque les jeunes ne comprennent pas leurs droits et leurs responsabilités, ils sont incapables de participer aux systèmes démocratiques, de demander des comptes à leurs gouvernements ou de construire les sociétés dans lesquelles ils veulent vivre. Cela conduit à la violence, à la pauvreté et à l’exclusion que nous continuons à observer, c’est particulièrement le cas des femmes, dont la voix est rarement entendue de manière significative, qui sont systématiquement exclues de la prise de décision et qui ne peuvent accéder à des postes de pouvoir. Pour eux, le film est l’outil parfait pour la sensibilisation, l’engagement et la défense des droits, car les histoires peuvent être convaincantes. « c’est pourquoi nous mettons en œuvre le projet YALI FILM SCHOOL FELLOWSHIP pour les femmes du Mali et Niger » disaient les conférenciers.
LES OBJECTIFS DU PROJET YALI FILM SCHOOL :
Contribuer à l’amélioration des politiques et des pratiques à travers les courts-métrages utilisés comme outils de plaidoyer ; développer les aptitudes de production et réalisation de court-métrage des femmes d’ici mars 2021; renforcer les connaissances des femmes sur le leadership et la redevabilité d’ici mars 2021; produire 20 court-métrage inspirants d’ici mai 2021; organiser 20 projections dans plusieurs localités des deux pays d’ici juillet 2021; susciter des discussions, et des interactions de la part de la population, à travers la projection des courts-métrages d’ici la fin du projet (octobre 2021).
Yacouba Ongoïba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page